EN | FR

Expositions / événements [Archives 2017]

Exposition

7 Janvier

[ flèche ]

2 Mars

2017

The Monobloc Project

#monoblocproject

GALERIE LES ARCADES

Présentation les samedis 17/01 et 11/02/2017 à 18h

The Monobloc Project est une exposition concept rendant hommage à la chaise monobloc, icône du design injustement ignorée.

Visites du lundi à jeudi de 10h à 12h30 et de 14h à 17h et le vendredi, de 10h à 12h30.

Les Week-end, visites sur RV au 07 71 07 04 92 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Visite Gratuite.

‹‹Elle est partout. Dans nos jardins, sur nos terrasses, dans les campings, les bars, les parcs, les piscines, les hôpitaux, les stades, les maisons de retraite, sur les cinq continents, et depuis plusieurs décennies. On la voit dans les sitcoms et les telenovelas, on la voit parmi les débris qui flottent après le tsunami ou l’ouragan Katrina, on la voit sur les photos de la prison d’Abu Ghraib et sur celles de la planque où Saddam Hussein a été capturé. Il s’agit de la vulgaire chaise de jardin en plastique blanc, moulée en un seul bloc, avec ses rainures et ses accoudoirs, sur laquelle tout le monde s’est assis. Elle est tellement partout qu’on ne la voit pas. Elle joue un rôle majeur dans nos vies, et pourtant, elle ne reçoit que notre indifférence. Nous nous sommes donné pour mission de réparer cette injustice en rendant hommage à cette icône ignorée du design. Elle nous a interpellé parce que personne ne sait d’où elle vient : produite d’emblée par des centaines de fabricants partout dans le monde, elle fait partie de ses rares objets qui n’appartiennent à personne et que personne ne revendique.

Elle nous intéresse aussi parce que c’est peut-être le seul objet qui est libre de tout con- texte : une chaise en plastique blanc sur une photo ne nous éclaire en rien sur le lieu ou l’époque de la prise de vue. Enfin, elle nous intéresse parce qu’elle nous met face à nos contradictions de citoyens de pays riche : on la méprise parce qu’elle est synonyme de mobilier cheap et anti-écologique, au point que certaines villes comme Bern ou Bratislava l’ont interdite... en oubliant que dans les pays en développement, elle a permis à plus d’un milliard de personnes d’accéder au confort de n’être plus assis par terre.

Quel est le secret de son insolent succès ? Finalement, est-ce que la chaise en plastique monobloc ne constituerait pas l’accomplissement ultime du design moderniste? Et si le besoin d’une chaise bon marché, fonctionnelle, facile à fabriquer et universellement acceptable devait nécessairement aboutir, à l’issue d’un long process, à la chaise monobloc ? Et si elle était l’aboutissement d’une forme de darwinisme du design, un must indépassable, au-delà duquel il est impossible de faire plus avec moins ?›› Texte de Michel Kowalski

1. Universal design

Nous commencerons par immerger le visiteur dans un océan d’images qui montreront comme la chaise en plastique monobloc est à l’aise partout, qu’elle s’adapte à toutes les cultures, tous les milieux sociaux et toutes les conditions climatiques.

2. Acclimatation

Bien qu’elle semble toujours identique, il existe en fait une multi- tude de petites variations : les producteurs locaux n’ont pas hésité à la transformer pour qu’elle soit mieux adaptée au goût de leurs clients. Nous montrerons quelques exemples venus d’Asie, d’Afrique et du Moyen-Orient.

3. Fanclub

Nous présenterons ici plusieurs auteurs qui sont tombés sous son charme, qui ont écrit à son sujet et dont nous nous sommes inspirés pour préparer cette exposition.

4. Généalogie

Il a fallu deux décennies de recherche avant d’arriver à la chaise monobloc qui se fabrique en 70 secondes et revient à moins de $3 l’unité. Nous présenterons ici les premières expériences de chaise en plastique monobloc, qui ont été réalisées par des légendes du design comme Verner Panton, Joe Colombo, Vico Magistretti ou Helmut Batzner.

5. Appropriation

C’est le cœur de notre exposition. Nous présenterons ici comment différents créateurs contemporains se sont approprié la chaise en plastique et ont joué avec elle, pour l’emmener ailleurs, pour en faire autre chose, en travaillant sur ses qualités et sur ses paradoxes. Consacrer une énergie considérable pour rafistoler cette chaise qui ne vaut rien, lui donner la parole, l’anoblir, casser sa neutralité pour en faire un objet mystérieux ou humoristique... autant de façons de se frotter à cet objet modeste et insaisissable.

CONTACT

Soutenez le design à la campagne